Lors du Mobile World Congress de Barcelone, la commissaire européenne chargée des nouvelles technologies, Neelie Kroes, a évoqué la technologie 5G en demandant à l’industrie des télécoms européenne de participer à l’élaboration d’un futur standard de communication d’ici à 2020.

Elle a annoncé, à cette occasion, que la Commission européenne est prête à investir 50 millions d’euros en 2013, pour financer les projets public-privé qui travaillent déjà sur la technologie 5G. On retrouve, parmi ces projets, 5GNow, Tropic, Combo, Moto, et d’autres encore. Mais l’un des plus importants actuellement est sans doute le projet Métis qui regroupe pas moins de 25 partenaires. On compte, parmi eux, des opérateurs comme Orange ou Telecom Italia, des instituts de recherches telles que l’Institut Telecom, mais aussi des équipementiers comme Nokia, Ericsson ou encore Alcatel-Lucent.

Ce projet devrait recevoir pas moins de 16 millions d’euros de subventions de la part de la Commission. Il faut dire qu’il affiche des ambitions remarquables. Ainsi, le projet Métis annonce des débits data utilisateur multipliés par 10, voir par 100 ou encore une latence de communication de bout en bout divisée par 5.